ONU : SOMMET CLIMAT : LES CHEFS D’ETAT AFRCAINS CLAMENT LA DOUBLE PEINE

  Selon RFI, le sommet climat convoqué lundi 23 septembre 2019, par le Secrétaire général de l’ONU, à New York (Etats UNIS), à la veille de la 74è session de l’Assemblée générale des Nations Unies, a été l’occasion pour les Chefs d’Etat africains, au nombre desquels figure le président du Tchad, Son Excellence Monsieur Idriss DEBY ITNO, de présenter le bilan de leur politique de lutte contre le changement climatique. Mais aussi d’avertir que les pays les moins développés étaient aussi les plus menacés, et souvent les moins à même de faire face, seuls, à ses effets nocifs.

     Le président de la République du Tchad, SEM Idriss DEBY ITNO, a été parmi les Chefs d’Etat africains qui se sont succédé à la tribune du sommet climat qui se tenait ce lundi à New York, à la   veille de l’ouverture de la 74è session de l’Assemblée générale de l’ONU.

   Le Chef de l’Etat a fait valoir les initiatives du Tchad dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, notamment. Mais il a aussi appelé les pays développés à soutenir sérieusement les efforts des pays africains pour faire face à un dérèglement climatique dont ils sont peu responsables.

   L’Afrique en général et le Tchad en particulier, ne contribuant presque pas ou très faiblement aux émissions ( de gaz à effet de serre), je voudrais souligner l’intérêt que nous portons à la question de la résilience. En effet, les principales conséquences du changement climatique dans mon pays sont entre autres la baisse et la variabilité pluviométriques, l’asséchement et le rétrécissement des cours d’eau comme le Lac Tchad, les inondations, les vagues de chaleur, les vents violents, l’avancée inquiétante du désert, la famine et l’exode rural faisant le lit de la menace terroriste, devait-il conclure.

Présentation des lettres de créance de SEM Amine ABBA SIDICK à Sa Majesté le Roi Filipe d'Espagne

Vous êtes ici : Accueil L'Ambassade